Les niveaux de participation

Catégories

Imprimer cet article

14/02/2022 : Podcast : Bâtissons des futurs solidaires : #15 La médiation avec Michèle Guillaume-Hofnung, un levier pour les démocraties 

Novembre 2021 : Guide ATD Quart Monde “Réussir la participation de toutes et tous”. 

27/05/2021 : Premier webinaire consacré à la promotion du sport féminin, présenté par la Ministre des Sports Valérie Glatigny et l’Administration générale du Sport dans le cadre du lancement du “Plan Sport au féminin”. 

Ce webinaire donnera la parole à différents acteurs de terrain qui lanceront les discussions autour de 3 tables rondes :  

  • La pratique sportive des femmes 
  • La présence des femmes au sein des instances de décisions et postes à responsabilités ainsi que dans l’encadrement sportif 
  • La place du sport féminin dans les médias 

06/05/2021 : Webinaire Citizenlab: La participation citoyenne au service du climat : comment impliquer les citoyens ? 

La participation permet d’impliquer les citoyens dans la lutte contre le réchauffement climatique, de faire émerger des idées innovantes et d’augmenter le soutien aux décisions adoptées.
Ce webinaire est destiné à la Belgique francophone, Christine Richard (Fondation Rurale de Wallonie) partage l’expérience des nombreuses communes wallonnes sur la plateforme de la FRW. Marie Suleau partage les bonnes pratiques du WWF en matière de projets climatiques ainsi que ses meilleurs conseils pour impliquer davantage la jeunesse. 

  • Astuces pour engager un dialogue sur les enjeux climatiques avec vos citoyens, et faire émerger des projets concrets 
  • Apprentissage de pratiques de communes de Belgique francophone 
  • Conseils à appliquer pour atteindre davantage d’habitants, et toucher la jeunesse 

31/03/2021 : La plateforme de participation citoyenne CitizenLab devient open source 

Fondée à Bruxelles en 2015, la plateforme de participation citoyenne bruxelloise CitizenLab ouvre son code en open source pour démultiplier les possibilités de ses organisations clientes. Ce changement va permettre de renforcer la participation citoyenne et d’augmenter la transparence. 

03/2021 : La Ministre en charge des Droits des femmes du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Madame Bénédicte Linard, annonce la mise en ligne du nouveau site Alter Egales, Assemblée participative pour les Droits des Femmes. 

Vous y retrouverez les lignes et orientations données aux travaux qui seront menés entre 2021 et 2024, ainsi que les travaux et recommandations Alter Egales des années précédentes. 

 

 

 

03/2021 : La Direction de l’Egalité des Chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles présente la newsletter du mois de mars 2021. Cette Newsletter relaie un nombre important d’Activités autour du 8 mars – Journée internationale des droits des femmes. 

Vous y retrouverez comme chaque mois l’actualité en matière d’égalité en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

2020 : Une centaine de personnalités belges issues de tous les horizons ont co- signé une carte blanche adressée aux négociateurs du futur gouvernement fédéral et demandant l’institutionnalisation du Service Citoyen, à grande échelle, en Belgique. Car en Europe, la Belgique est le parent pauvre en matière de Service Citoyen. Organisé depuis 10 ans par la Plateforme pour le Service Citoyen / Platform voor de Samenlevingsdienst, il s’est bien développé ces dernières années, mais avec moins de 500 jeunes par an, il n’atteint encore qu’une infime proportion des jeunes engagés par ses voisins. Ceci alors qu’il a une fois de plus montré toute sa pertinence au cours de la crise du coronavirus et que le Service Citoyen néerlandais (Maatschappelijke Diensttijd), né il y a à peine deux ans, copié à l’identique sur le modèle belge et coaché par la Plateforme, est quant à lui soutenu massivement par le gouvernement néerlandais et touche déjà annuellement 2500 jeunes… Un soutien et une reconnaissance dont le Service Citoyen aimerait aussi bénéficier en Belgique. 

18/06/2020 : guide pour les ateliers en ligne développés par CitizenLab : “Ateliers citoyens : Comment organiser et modérer des ateliers en ligne ?” 

2020 : colloque de BeFUS “25 ans de transversalité pour le sentiment de sécurité”. Processus d’intelligence collective (partenariat avec Inventio / Particitiz). Proposition de déroulé de la journée d’étude.(Innovation Labs). 

2020 : partenariat de BeFUS avec CitizenLab pour le développement d’une plateforme numérique, collaborative et citoyenne. Guide CitizenLab “6 méthodes de consultation numérique : Guide pratique pour se lancer dans l’e-démocratie”. Ce guide a pour but d’offrir un aperçu des méthodes de consultation numérique les plus communément employées, avec les avantages et les inconvénients de chaque approche, et les implications de la participation des citoyens aux différentes étapes du processus politique. 

2020 : SEFoP: Catalogue d’animation 

Mise en place d’animations, de formations et création d’équipes de réflexion qui permettent à chacun, particulièrement aux personnes issues du milieu populaire, de vivre une citoyenneté active, critique, responsable et solidaire par la prise de responsabilités dans leurs lieux de vie et dans la société. 

2019 : Methodes d’art socia(b)le au service de la médiation. 

Formation pour 10 à 15 personnes basée sur la co-création picturale spontanée   

Cet atelier s’articule autour de l’animation d’un « atelier-de-peinture-en-cercle » suivi de celle d’un atelier de réflexions et commentaires dirigé par l’artiste puis d’un exposé débat illustré de projection vidéo et diaporama.   

06/2018 : BruVoices – Rapport final – La cohésion sociale à Bruxelles selon ses habitants :  BruVoices 

26/04/2018 : EuroVip : European Volunteer Inclusion Program 

2018 : Une conférence gesticulée Perifeira, qu’est-ce que c’est ? La conférence gesticulée est une prise de parole publique sous la forme d’un spectacle politique militant. Construite par une personne ou un groupe à partir de leurs expériences, c’est un acte d’éducation populaire fondé sur l’envie de partager ce qu’on a compris, tel qu’on l’a compris, là où on l’a compris. 

16/03/2016 : Demi-journée BRAVVO : Sensibilisation à la liberté d’expression. 

À l’initiative du Conseil d’administration, différents experts interviendront afin de contextualiser et rappeler les fondements juridique et sociologique de la liberté d’expression dans notre société. 

2013 : projet “Re-Planifier les années 2014-2020″ : Action 1.2.2 du programme “L’Europe pour les citoyens”. RePlaY est un projet d’un an qui vise à renforcer le rôle des personnes âgées et des seniors dans la participation active au processus civique et démocratique de l’UE. Il rassemble 11 organisations de toute l’Europe afin de stimuler la coopération de l’UE dans le domaine du vieillissement actif et des projets de citoyenneté européenne.  Pour les actions du programme, l’accent est mis sur les activités de mise en réseau afin de renforcer la coopération et la création de partenariats internationaux. 

+ Dix conseils pour mobiliser responsables politiques, professionnels et citoyens sur le sentiment d’insécurité. Ces conseils s’adressent tant aux instances décisionnelles, politiques et administratives, locales, régionales, fédérales qu’aux autres acteurs locaux. 

+ “Quelles sont les étapes clés d’un projet participatif autour du sentiment d’insécurité ?”. De la structuration d’un projet en différentes étapes à son évaluation, en passant par des outils pour valoriser la participation et les pratiques tirées des laboratoires mais aussi d’autres expériences, ainsi que par l’importance de la communication, cette troisième partie constitue le cœur-même du manuel. Les services de proximité sont essentiels au niveau local car ils permettent de rester à l’écoute des problèmes, au plus près du citoyen et de sensibiliser les autorités dès que c’est nécessaire. L’existence d’un comité de quartier ou d’un collectif d’habitants est également un élément facilitateur pour lancer un projet participatif. 

+ Pratique des Conversations de rue ou “dialogues de rue” issue de l’expérience du brésil fin des années ’80. Ces conversations visaient à développer une pédagogie de l’écoute de la population directement sur l’espace public et à motiver un dialogue culturel avec les populations locales, principalement celles qui souffraient d’exclusion sociale. La technique s’est développée dans les années ’90 et surtout 2000 avec les initiatives de forum social mondial à Porto Alegre, brésil (2005). Cette méthode permet de ne pas se focaliser sur une suite de questions-types mais vise à poser les questions plutôt sous forme de conversations informelles, en prenant soin d’y aborder certains thèmes choisis : Que pensez-vous du quartier ? Avez-vous des idées pour mieux y vivre ? Désirez-vous vous y impliquer et être mieux informé ? 

+ Geel : projet « Est-il possible d’impliquer les citoyens dans une politique de sécurité intégrale et intégrée ? ». Avec la participation des   citoyens, la Ville de Geel veut développer une ville où on peut vivre “en toute sécurité”.  Les objectifs du projet ont été définis sur base de brainstormings avec des “focus groupes” et d’une enquête.  Afin de réaliser une politique de sécurité intégrale et intégrée, la ville a créé un Conseil de prévention qui repose sur la participation de chacun.  Les citoyens sont impliqués via un projet d’animation socioéducative. Développé en différentes étapes, ce plan prévoit des interviews avec des figures phares de la ville, des réunions d’information, le travail en “focus groups”, la préparation et l’organisation d’une enquête, la précision d’objectifs stratégiques et opérationnels, la relance du Conseil de prévention urbaine, et sur base de son avis, l’élaboration d’une politique de sécurité intégrale et intégrée. 

+ Les niveaux de participation et les rôles qu’ils impliquent : voir tableau. (Informer, consulter, concerter, coproduire, décider). 

2009 : Publication de BeFUS : « Agir ensemble sur le sentiment d’insécurité » Manuel pratique pour les acteurs locaux (2010) (BeFUS, VVSG, FRB) avec notamment : 

2009 : “jeparticipe.be”, le carrefour de la citoyenneté locale (Fondation Roi Baudouin) : site carrefour pour encourager la participation locale active. 3 objectifs du site : informer/encourager/valoriser les actions de participation citoyenne au niveau local. 

2009 : Semaine européenne de la démocratie locale du 12 au 18 octobre 2009 : Manifestation européenne, annuelle, basée sur des actions menées vers la population, organisées simultanément par les collectivités locales des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe. Au vu de la qualité du partenariat mis en œuvre et des quelques 70 projets réalisés, le Conseil de l’Europe a fait de l’opération menée dans la Région de Bruxelles-Capitale, une des quatre expériences pilotes de l’édition 2008. En 2009, la campagne bruxelloise est à nouveau retenue parmi les expériences pilotes des 47 pays du Conseil de l’Europe. Et si celles-ci sont plus nombreuses que par le passé, Bruxelles sera cependant la seule à l’avoir été deux années successives. 3 objectifs :  

  • Promouvoir la participation des citoyens à la vie politique locale 
  • Sensibiliser les communes 
  • Renforcer l’idée européenne 

Recommandation issue du colloque de BeFUS du 17/02/2009 sur les 15 ans des politiques de prévention et de sécurité : Les collaborations avec le secteur associatif sont aujourd’hui fréquentes et complémentaires. Néanmoins, il faut les renforcer là où c’est nécessaire et ne cesser d’améliorer les contacts au profit du bien-être de la population. 

2009 : Carnet du Réseau Capacitation citoyenne rédigé à l’issue de la rencontre organisée par BeFUS à Charleroi du 9 novembre 2006, journée organisée afin d’échanger sur les pratiques de mobilisation et de trouver collectivement des moyens adaptés aux “stratégies” de mobilisation. 

2007 : pratique de la Marche exploratoire : “Ensemble, analysons le quartier !” : le “Diagnostic marchant” est aussi appelé “marche exploratoire”. Cette méthode participative consiste à rassembler les habitants, les techniciens et les politiques concernés pour une promenade dans un quartier afin d’en relever les points forts et les points faibles pour, ensemble, émettre des priorités en vue d’une amélioration du quartier.  + Atouts, défis et démarches nécessaires à la marche exploratoire (exemple des marches exploratoires de Liège).  

“Marche exploratoire à La Louvière (cf. Manuel 2009), quartier de Bois-du-Luc : Comment les habitants d’un quartier se font-ils entendre ? “ (action menée par le CPAS). Au cœur du travail : l’animation d’un groupe de parents du quartier, “Le Groupe des Papas et Mamans solidaires”, qui témoigne de l’intérêt des habitants pour leur lieu de vie. Ils sont en effet désireux d’améliorer l’état du quartier et de s’impliquer dans une démarche de participation. Le groupe fait ses premiers pas en préparant un diagnostic marchant, avec l’aide de Periferia, association travaillant sur la participation citoyenne. Cette expérience se base sur un échange de savoirs et de bonnes pratiques d’un collectif lillois : “Paroles d’habitants”. Expérimenté en marches exploratoires, ce groupe apporte son expertise et soutient le groupe de Bois du Luc. Synthèse du diagnostic marchant (2008).  

Organisation des marches exploratoires  

2007 : 10 Laboratoires sur le sentiment d’insécurité de BeFUS (2007-2009, Manuel 2009), avec notamment :  

“Bruxelles, Square Léopold : Comment mieux vivre ensemble autour d’un square ?”, projet de BRAVVO asbl. Les objectifs du projet :  

  • Compléter le diagnostic du sentiment d’insécurité sur le quartier, avec les habitants et les professionnels. 
  • Lancer une concertation multi-acteurs (habitants, institutionnel, associatif) et favoriser la prise de parole des usagers. 
  • Former l’équipe de BRAVVO (Service de Prévention de la Ville de Bruxelles) à l’animation de groupes de parole et de débats citoyens avec les partenaires. 
  • Mettre en place un plan d’action avec les partenaires pour améliorer la qualité de vie sur le square (réaffectation des ressources existantes et enveloppe budgétaire « participative »). 

Pour ce faire :  

  • Fin 2007 : groupe de parole, un stand placé sur le square informe les habitants du lancement d’un projet participatif et les incite à laisser leurs coordonnées. Un drink convivial clôture l’événement. Sur base des informations récoltées et des demandes des habitants, un groupe de parole et d’action est constitué, composé de représentants communaux, associatifs et de quelques habitants. 
  • Le groupe de parole réalise un diagnostic marchant sur le square. Les données relevées débouchent fin 2008 sur une séance d’information et de “questions-réponses” en présence d’élus. Une première réunion a porté sur le thème de la propreté et les gardiens de la paix ont été présentés. 
  • Ensuite, le groupe-pilote réévalue le projet : le groupe de parole doit être plus représentatif (en comptant plus de jeunes, notamment) et s’impliquer davantage dans la mise en place de projets collectifs dans le quartier. 

2007 : “Forum entre acteurs locaux“, journée d’échanges sur le sentiment d’insécurité organisée par BeFUS à Saint Gilles le 14 novembre 2007 avec l’expérience des réunions “sécurité” du quartier de la Gare du Midi à Bruxelles organisées par la police de la zone Midi.  Extrait de l’intervention du Commissaire de la zone Midi : “Certains habitants étaient déjà rassurés et ont clairement dit qu’ils se sentait plus en sécurité en sortant de la 1ère réunion, seulement parce qu’ils ont compris que la police est consciente des problèmes, qu’elle tente d’y apporter une solution et reste à l’écoute. Même si elle ne peut pas faire en sorte que le quartier de la gare du midi soit totalement sécurisé.” 

2007 : intervention “la participation citoyenne présente-elle des risques ?” : Les risques de la participation ont été abordés par les représentants des laboratoires lors de la journée d’étude de BeFUS “Autorités locales, associations et citoyens, agir ensemble sur le sentiment d’insécurité” organisé par BEFUS le 20 septembre 2007 à Gosselies : 

 

2007 : Les Conversations de rue : « sentir les choses » : La méthodologie des « conversations » et « dialogues de rue ». 

2006 : guide de la fondation Roi Baudouin “Méthodes participatives, un guide pour l’utilisateur”. Afin de faciliter un partage des connaissances pratiques, la Fondation Roi Baudouin et l’Institut flamand pour l’étude des aspects scientifiques et technologiques (Vlaams Instituut voor Wetenschappelijk en Technologisch Aspectenonderzoek – viWTA), tous deux activement impliqués dans les méthodes participatives, ont décidé de coéditer une publication, véritable manuel pratique pour celles et ceux qui veulent s’engager dans l’utilisation de ces méthodes. L’édition originale en anglais date de décembre 2003. Le succès qu’elle a rencontré a incité les deux organismes à produire une édition révisée et élargie et à la traduire en français et en néerlandais. La partie centrale comprend désormais une fiche détaillée pour 13 méthodes participatives. En plus des 10 méthodes de la version originale, ils ont choisi d’ajouter le ‘Deliberative Polling®’, le ‘21st Century Town Meeting©’ et le ‘Festival technologique’. Dans ce guide pratique, se trouve aussi une introduction contenant des directives générales sur l’emploi des méthodes participatives et un bref aperçu de 40 autres méthodes et techniques. Les trois nouvelles fiches ont été fournies, respectivement par Janice Elliott du Forum des Politiques publiques (Canada), Carolyn J. Lukensmeyer de Global Voices – AmericaSpeaks (États-Unis) et Sara Heesterbeek du Rathenau Instituut (Pays-Bas). 

2006 : Intervention de V. KETELAER au Centre d’Etudes de la Police asbl, Jurbise, 2006 “Participation citoyenne et sécurité publique”, organisé fin 2005 par le CEP asbl, qui a donné lieu à la publication : “Les enjeux de la participation citoyenne” (démocratique, financier, électoral). Édité par Politeia, 2006.  

+ “La participation citoyenne à la sécurité publique”, journée d’étude à Hornu, le 29 sept. 2005, intervention de Véronique Ketelaer. 

+ Diversité des initiatives locales de participation : De façon non exhaustive, Charleroi, Anvers, Verviers, Bruxelles Ville, Liège ainsi que les communes bruxelloises bénéficiant des contrats de quartier, contrats de sécurité et de prévention et/ou de programmes grandes villes, sont quelques localités qui ont mis en place des outils de participation citoyenne intéressants et assez réguliers. Ils prennent la forme de réunions d’habitants (bien désignés ou très largement invités) par quartier ; de tournées mensuelles du bourgmestre dans les quartiers ; de réseaux d’information de commerçants ; d’une désignation de personnes relais dans les quartiers chargées de relever les problèmes et en faire part aux autorités ; de commissions locales de développement intégré dont les représentants d’habitants, de commerçants et d’associations du quartier sont élus ; etc. Ces initiatives sont mises en place soit par un service communal traitant des problèmes de sécurité, de malpropreté ou d’autres nuisances du même type (ex : contrat de sécurité et prévention, programme grandes villes), soit par le service chargé du développement du programme d’investissement dans le quartier (urbanisme, programmes grandes villes), soit par la police locale, soit par des associations de riverains ou de commerçants suffisamment organisées pour interpeller l’autorité locale et l’inviter à s’exprimer sur l’état d’un quartier et les projets communaux qui y sont développés.  

+ Evaluation des forces et faiblesses du niveau local pour mener des projets de participation.  

+ Recommandations : sur base des expériences de terrain menées dans quelques villes et communes de BeFUS (ex : Bruxelles Ville, Charleroi, Saint-Gilles, Anvers, Liège). 

  •  Il n’existe pas de modèle unique pour organiser une participation des habitants mais avoir un « outil » souple et adapté (répondant à la typologie du quartier, aux publics concernés) est essentiel 
  • La participation ne s’improvise pas. L’organisation à prévoir est parfois assez lourde, il faut pouvoir assurer un suivi des projets (agenda, feedback sur le suivi des démarches, …). Les conséquences d’une mauvaise réunion peuvent être très néfastes pour la confiance qu’ont les habitants dans leurs institutions locales 
  • Préparer le public à « participer » reste un défi. Former, stimuler les personnes plus « timides » ou moins équipées à se faire entendre, vulgariser les propos et être pédagogue, permettre à tous ceux qui sont prêts à s’impliquer de se faire entendre n’est pas évident. 
  • Viser une approche globale de « qualité de vie dans le quartier » et éviter de fermer le débat autour de sujets trop particuliers est un cadre de discussion qui favorise la participation des habitants. 

2006 : Recherche-action commanditée par le Ministère de la Fonction publique, de l’Intégration sociale, de la Politique des Grandes Villes et de l’Egalité des Chances, réalisée par Véronique CLETTE, Amélie DAEMS, Andy VANDEVYVERE du Centre de Recherche Urbaine (Université Libre de Bruxelles) en 2005-2006 : “Elaboration d’une méthodologie pour la mise en place et le suivi de marches exploratoires dans 6 villes belges”. + Rapport final (décembre 2006) 

2006 : Carnet du Réseau Capacitation citoyenne “Une reconnaissance mutuelle des capacités d’expertise de chacun : le Diagnostic Marchant de Paroles d’Habitants”. + Site internet du réseau de capacitation citoyenne.