Journée d’étude : « Quand le cyber pose question », organisée par le PIPSa et le groupe Cyber (CBPS et FARES)

Catégories

Le vendredi 22 novembre prochain, PIPSa (Pédagogie interactive en Promotion de la santé), organise – avec le groupe Cyber (Infor Drogues, Eurotox, le Pélican, Prospective Jeunesse, Question Santé, la chargée de projet Jeunes et Assuétudes du service de Prévention d’Anderlecht et les services scolaires communaux de Prévention du décrochage scolaire d’Anderlecht, de Saint-Gilles, de Schaerbeek et de Uccle), coordonné par le CBPS et le FARES – une journée « Quand le cyber pose question », à destination des professionnels.

Ce temps de rencontre s’inscrit dans la continuité d’un sondage, réalisé en 2018, auprès d’acteurs scolaires et extra-scolaires bruxellois. L’une des attentes identifiée est l’obtention d’outils de prévention. Ceux-ci, en tant que support de parole, seront mis à l’honneur et vous aurez l’occasion d’en découvrir/expérimenter plusieurs, grâce à la présence de nombreux partenaires.

Une participation de 10€ vous est demandée à titre d’inscription et pour le lunch.

Inscrivez-vous ici. Une fois inscrit, nous reviendrons vers vous afin de vous communiquer les informations définitives ainsi que les modalités d’inscriptions aux ateliers d’expérimentation d’outils. Les places étant limitées, ne tardez pas !

Préprogramme

  • 8.45 : Accueil/inscriptions/découverte libre des stands (Responsable de la cellule de veille de prévention du décrochage scolaire de Saint-Gilles)
  • 9.15 : Accueil (PIPSa)
  • 9.30 : Présentation de l’outil “Wooclap” et interpellation du public (Maîtres de cérémonie CBPS et FARES)
  • 9.40 : Les usages numériques à l’adolescence – Regards croisés et ce qu’en disent les professionnels et les enquêtes auprès des jeunes ; suivi de quelques recommandations dans une approche de promotion de la santé. Intervenants : CBPS -Eurotox – Projet jeunes et assuétudes du Service de Prévention de la Commune d’Anderlecht
  • 10.40 : Pause (visite des stands) et répartition en 6 ateliers
  • 11.00 : 1er atelier d’expérimentation (6 présentations d’outils)
  • 12.00 : Walking diner (visite des stands)
  • 13.30 : 2ème atelier d’expérimentation (6 présentations d’outils)
  • 14.30 : Visite libre des stands et des ateliers
  • 15.00 : Synthèse et perspectives (Maîtres de cérémonie)
  • 16.00 : Fin des travaux

Pour l’équipe organisatrice (groupe Cyber et PIPSa),

Delphine PRIELS, Responsable Cellule de Veille de prévention du décrochage scolaire du service de Prévention de Saint-Gilles / Verantwoordelijke “Toezichtcel” voor de preventie van schoolverzuim van Sint-Gillis Preventiedienst

Tel 02/542.63.52 – Fax 02/542.62.48

Pour plus d’informations.

« Au-delà des Préjugés, Tous égaux » : projet des jeunes de la Cellule éducative de la Maison de la Prévention d’Auderghem

Catégories

Les jeunes de la CEMPA (Cellule éducative de la Maison de la Prévention d’Auderghem) ont l’honneur de vous inviter à la présentation de leur projet « Au-delà des Préjugés, Tous égaux ». Venez contribuer à leurs réflexions pour un mieux vivre ensemble à Auderghem!

Au programme

  • Présentation du Projet
  • Projection du film « Au-delà des préjugés, Tous égaux »
  • Tables de discussions
  • Exposition Photos
  • Buffet

Cet événement aura lieu au foyer du Centre Culturel le 9 octobre à 18h00.
Pour confirmer votre présence :

Contact : Laura LECOMTE, Educatrice, Administration communale d’Auderghem/Gemeentebestuur van Oudergem, T. 0032 2 435 26 01, Chausssée de Wavre, 1326 | 1160 Auderghem – Waversesteenweg, 1326 | 1160 Oudergem

Site web

Pour plus d’informations.

Activités pour les jeunes et aide à la scolarité

Catégories

Vous trouverez ci-dessous tous les articles relatifs au soutien scolaire et aux activités visant à l’intégration des jeunes.

Êtes-vous membre du Forum belge? N’hésitez pas à partager les activités de votre commune ou organisation dans notre “zone membres”. Vous pouvez également y suivre notre agenda pour vous tenir au courant des journées d’étude et/ou des formations sur ce thème.

Pour plus d’informations

Coronavirus COVID-19

Catégories

Chers membres, partenaires, anciens et amis,

Conformément aux directives du Conseil national de sécurité belge, le Forum belge prend des mesures pour contribuer à limiter la propagation du COVID-19. Le Forum belge reste ouvert et continuera à faire une analyse de qualité de tous les sujets que nous traitons pour nos membres, nos partenaires, la presse et le grand public. La manière dont nous partagerons cette analyse changera. Il n’y aura pas d’événements impliquant un public physique jusqu’à nouvel ordre. Les réunions de moindre importance et non essentielles seront reportées ou tenues à distance. Mais vous pouvez toujours vous attendre à recevoir les publications du Forum Belge dans votre boîte de réception. Le moyen le plus simple de nous joindre est de nous envoyer un mail, qui vous mettra en contact avec un membre de notre équipe. Ces mesures prendront effet à partir d’aujourd’hui, 14 mars 2020. Nous réévaluerons notre approche au fur et à mesure de l’évolution de la situation et communiquerons immédiatement tout changement ou mise à jour.
En attendant, nous espérons que vous et vos proches resterez sains et saufs. Merci pour votre compréhension et votre soutien continu.

Laetitia NOLET, Coordinatrice du Forum belge pour la prévention et la sécurité urbaine asbl

Le Forum belge pour la prévention et la sécurité dans les villes souhaite informer ses membres et les non-membres sur le coronavirus et les mesures (préventives) prises autour de celui-ci. Dans l’article ci-dessous, vous trouverez les différentes mesures et recommandations du gouvernement.

Le Conseil National de Sécurité a pris ce mardi 17 mars 2020 la décision de renforcer les mesures déjà prises pour lutter contre le coronavirus. Ces nouvelles mesures entrent en vigueur ce mercredi 18 mars 2020 à 12h et resteront d’application au moins jusqu’au 5 avril 2020.

Les consignes d’hygiène personnelle ainsi que les mesures de distanciation sociale restent les meilleures actions que chacun doit respecter. Leur strict respect par tous, des plus jeunes aux plus âgés, est une nécessité pour contrer le virus. Le sens civique de chacun et l’esprit de solidarité envers les plus faibles sont indispensables.

Les mesures de confinement prises par le gouvernement fédéral sont les suivantes :

  • Chacun doit rester chez soi au maximum pour limiter les contacts extérieurs.
  • Vous pouvez quitter votre habitation pour : aller dans un magasin d’alimentation, chez le médecin, à la pharmacie, au guichet automatique de la poste, au guichet bancaire, à la station d’essence ainsi que pour fournir une assistance aux personnes vulnérables.
  • Les magasins non essentiels sont fermés à l’exception des librairies et des magasins de nuit (jusque 22h).
  • Tous les magasins alimentaires restent ouverts. L’accès aux supermarchés sera contrôlé afin de limiter le nombre de personnes présentes en même temps à l’intérieur (au maximum 1 personne par 10 m² et ce, pour maximum 30 minutes par personne). Les magasins vendant principalement des aliments pour animaux sont couverts par la définition des magasins d’alimentation et peuvent rester ouverts.
  • Les marchés sont fermés, sauf s’ils sont indispensables à l’approvisionnement alimentaire et dans la mesure où l’autorité locale peut garantir les mesures de distance sociale.
  • Les activités physiques à l’extérieur (se promener, courir, faire du vélo) sont conseillées mais uniquement entre personnes vivant sous le même toit ou avec un(e) ami(e) et en limitant les contacts avec d’autres (1,5 mètre de distance).
  • Tout rassemblement est interdit.
  • Les transports publics doivent être organisés de telle manière à ce que la distance sociale puisse être garantie.
  • Les entreprises quelle que soit leur taille peuvent poursuivre leurs activités à condition d’organiser le télétravail au maximum ou si elles peuvent garantir les mesures de distanciation sociale. Si cela est impossible, elles doivent fermer.
  • Tous les voyages non essentiels vers l’étranger sont interdits.

Les polices locales et fédérales veilleront au respect strict des mesures prises pour lutter contre le coronavirus et aider les professionnels de la santé.

Nous sommes tous ensemble engagés pour agir maintenant.

La distance sociale doit être appliquée aussi strictement que possible.

Restez chez vous, prenez soin de vous et des autres !

Liens utiles pour des informations complémentaires

De nombreuses initiatives locales et citoyennes sont prises afin de promouvoir la solidarité et de venir en aide aux personnes qui en ont besoin. En voici quelques exemples :

N’hésitez pas à nous envoyer les initiatives positives afin que nous puissions leur assurer un relais efficace !





Pour plus d’informations

Webconferences, webinars et appels à projets European Forum for Urban Security

Catégories

Notre partenaire européen, l’EFUS, vous invite chaque mardi et jeudi à 14h pour une série de webconférences thématiques. Animées par l’équipe de l’Efus avec les contributions d’un ou plusieurs acteurs et experts, ces débats en ligne seront l’occasion de partager vos expériences de la crise sur les thématiques suivantes :

Ces webconférences sont destinées en premier lieu aux membres de l’Efus, mais sont également ouvertes aux non-membres intéressés, dans la limite des places disponibles. Elle se tiendront en français ou en anglais. Veuillez noter que vous devez vous inscrire séparément pour chaque session.

L’épidémie de SARS-CoV-2 et les mesures prises pour limiter sa propagation nous affectent tous, mais elles touchent les habitants de nos villes qui vivent dans des conditions difficiles d’autant plus gravement. Durant les premières phases de l’épidémie et du confinement, il est rapidement apparu que la vie des personnes sans domicile fixe et des personnes qui utilisent des drogues a été particulièrement affectée. Les services que les municipalités offrent à ces groupes rencontrent des difficultés à s’adapter aux mesures prises, et on dû être en partie limités ou même suspendus. Dans ce contexte, les employés communaux à la réduction des risques sont confrontés à de nombreuses interrogations : Comment les services de réduction des risques peuvent-il s’adapter et rester opérationnels ? Quel soutien est nécessaire et possible dans le cas d’infections suspectées ou confirmées ? Comment les mesures de confinement peuvent-elles être mises en place pour les personnes sans domicile fixe et/ou usagères de drogues ? Les villes et les ONGs coopèrent étroitement pour trouver des réponse à ces questions – cette session permettra d’engager un échange sur les réponses à apporter et les problématiques liées.

  • 26 mai 2020 – 14:00 : Utilisation des nouvelles technologies pour contrôler la pandémie : la vie privée également victime du Covid 19 ? Inscription ici.
  • 22 mai 2020 – 14:00 : Comment adapter le déconfinement aux besoins spécifiques des quartiers populaires ? Inscription ici.
  • 19 mai 2020 – 14:00 : Quelle adaptation et gestion de l’espace public post-confinement ? Inscription ici.
  • 14 mai 2020 – 14:00 : Comment la menace extrémiste évolue-t-elle durant la pandémie ? Inscription ici
  • 12 mai 2020 – 14:00 : La coopération européenne est -elle encore d’actualité ? Inscription ici
  • 7 mai – 14:00 : Quel impact de la crise sur la victimation et la délinquance des mineurs non accompagnés ?
  • 5 mai – 14:00 : Comment les élans de solidarité peuvent-il renforcer la ville en crise ?
  • 30 avril – 14:00 : Quelles sont les évolutions de la communication de crise envers la population ?
  • 28 avril – 14:00 : Peut-on accepter de confiner nos droits fondamentaux ?
  • 23 avril – 14:00 : La crise change-t-elle les formes de criminalité dans la ville ?
  • 23 avril – 14:00 : La crise change-t-elle les formes de criminalité dans la ville ?
  • 21 avril – 14:00 : Quelles reconfigurations des coopérations de sécurité en temps de crise ?
  • 16 avril – 14:00 : La distanciation sociale va-t-elle aggraver la polarisation ??
  • 14 avril – 14:00 : Que faire face à l’augmentation des violences intra-familiales ?
  • 9 avril 2020 – 14:00 : Comment soutenir les publics vulnérables pendant le confinement ?

Plus d’informations sur le site de l’EFUS

Webinars précédents

  • 15/4/2020 10:00 AM – 11:30 AM : PRACTICIES Final Conference – Webinar 3 and Closing Session – Radicalisation prevention policies and strategies
    • Le projet PRACTICIES a mené une enquête à l’échelle européenne sur la perception de l’extrémisme par les jeunes et a développé une approche psychologique systématique des processus de radicalisation et de déradicalisation. Comment les jeunes des différentes régions d’Europe sont-ils affectés par la montée de l’extrémisme et que peut-on faire pour les soutenir et favoriser leur résilience ? Des chercheurs, des praticiens et des représentants des jeunes débattent de ces questions et des principaux résultats de leurs recherches. Plus d’informations
    • Webinar 1 le 27/03/2020 de 11h à 12h30 sur la perception de l’extrémisme par les jeunes, résultats d’une enquête européenne et conclusions de l’approche psychologique avec Nicolas Becuwe, KANTAR Dounia Bouzar, Bouzar Expertises Yanis Lamari, Youth ID et Moritz Konradi, Efus. Inscrivez-vous ici pour participer.
    • Webinar 2 le 3/4/2020 11:00 – Session en anglais sur la radicalisation par le langage, répondre à la polarisation et aux discours de haine, avec Claudine Moise, Université de Grenoble Alpes, Robert Örell, Radicalisation Awareness Network (RAN) et Valentina Dragos, Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) : Comment les discours radicaux circulent-ils en ligne aujourd’hui et quelle est leur relation performative avec la violence extrémiste en et hors ligne ? Comment la recherche linguistique et discursive informe-t-elle nos stratégies de prévention, notamment les campagnes de discours alternatifs ?
    • Webinar 3 le 14/4/2020 à 11:00 : Présentation boîte à outils : Newscraft, un jeu sérieux, avec Céline Matuszak, Université de Lille et Aurélia Lamy, Université de Lille
      • Dans le cadre du projet PRACTICIES, l’entreprise Vertical a coopéré avec l’Université de Lille (laboratoire de recherche GERiiCO) pour créer un jeu sérieux sur les médias et les aptitudes à gérer l’information. Le jeu permet aux jeunes de renforcer leur esprit critique et ainsi d’être mieux armés pour trier les informations et les discours auxquels ils ont accès dans les différents médias, à une époque ou les « fake news », les théories du complot et la propagande radicale nourrissent d’intenses débats publics.

  • 22/4/2020 11:00AM : Webinaire LOUD avec Maria Lozano, experte en matière de prévention et de lutte contre la radicalisation violente, membre du comité directeur du réseau de sensibilisation à la radicalisation (Radicalisation Awareness Network) : Dans le cadre du projet LOUD, quatre webinaires destinés aux acteurs municipaux et locaux souhaitant mettre en œuvre une campagne de discours alternatifs seront organisés :
    • Webinaire 1, 19 mars, 11 heures, Maria Lozano, experte en matière de prévention et de lutte contre la radicalisation violente, membre du comité directeur du réseau de sensibilisation à la radicalisation (Radicalisation Awareness Network)
      Comment les récits alternatifs jouent-ils un rôle dans la prévention de la discrimination, de la polarisation et de la radicalisation au niveau local ?
      Comment se présentent les campagnes de discours alternatifs réussies ?
      Quels acteurs devraient être impliqués et quels sont leurs rôles ?
      Quels sont les avantages de cette implication et comment se présenterait une poursuite de la collaboration ?
    • Webinaire 2, 22 avril, 11 AM, Maria Lozano, experte en matière de prévention et de lutte contre la radicalisation violente, membre du comité directeur du réseau de sensibilisation à la radicalisation (Radicalisation Awareness Network)
      Comment concevoir une campagne de discours alternatifs ?
      Comment créer des messages qui offrent une alternative positive aux discours discriminatoires ? >>> Inscrivez-vous au second webinaire <<<
    • Webinaire 3, 20 mai, Kelsey Bjornsgaard, conseillère senior à l’Institute for Strategic Dialogue (ISD), un « think tank » spécialisé dans l’extrémisme basé à Londres : Comment faire une campagne efficace qui atteint l’audience cible et vend le message ?
    • Webinaire 4, juin (date à confirmer) : Comment une campagne de discours peut-elle être mesurée et évaluée ?
    • Pour plus d’informations sur Practicies

Une version française sera disponible dans les jours à venir ! Merci d’envoyer vos questions, commentaires et feed back ici.

Invitation aux villes membres de l’EFUS à participer à des projets cofinancés par la Commission Européenne

Enquête sur vos besoins 2020

Catégories

En vue de notre colloque national du 6 octobre prochain, le Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine asbl souhaite adapter son offre de services aux besoins des élus locaux et professionnels de terrain en Belgique, afin de continuer à répondre à vos attentes, en ces temps très particuliers de confinement où le Forum reste ouvert en ligne. Nous vous invitons à prendre 5 à 10 minutes pour répondre à notre enquête sur vos besoins. Vos réponses permettront également la co-construction de la plateforme collaborative pour une approche intégrée de la sécurité qui sera mise en ligne prochainement sur notre site.

Prenez soin de vous et de vos proches, au plaisir de vous lire prochainement et de vous revoir bientôt.

Pour plus d’informations

Memorandum 2020 de soutien des autorités locales et de l’approche locale intégrée de prévention, sécurité et cohésion sociale

Catégories

Le Belgian Forum for Urban Security (BeFUS asbl) réunit plus de 60 communes belges et œuvre depuis 1995 pour renforcer l’efficacité et la qualité des actions de prévention de la criminalité et de sécurité à l’échelle locale. Pour ce faire, le BeFUS asbl organise des forums de discussion, d’échange de bonnes pratiques et de plaidoyer en faveur de ses membres et travaille en partenariat avec l’EFUS (Forum Européen pour la Sécurité Urbaine), qui compte 250 membres.

Il est essentiel que la politique locale de prévention et de sécurité urbaine soit intégrale, intégrée et qu’elle répartisse ses actions entre trois axes fondamentaux : la prévention, la réparation et le suivi. Par ailleurs, même si les questions de sécurité se manifestent au niveau local, elles dépendent souvent de causes extérieures et nécessitent donc une politique concertée avec et entre différents niveaux de pouvoir.

Pour l’exécution de cette politique locale, les villes et communes gèrent plusieurs milliers d’agents de prévention et de sécurité, parmi lesquels 3.500 sont principalement subventionnés par les diverses autorités supra-locales, reprises ci-dessous, pour un budget total de plus de 130.000.000 €/an :

  • 1850 professionnels engagés au sein des Plans Stratégiques de Sécurité et de Prévention, et financés par le SPF Intérieur (environ 35.074.835,12 €/an + 1.878.221,2 €/an pour ACTIVA 346, + 513.556,08 €/an pour ACTIVA 90, soit un total de 37.466.612,4 €/an),
  • 30 médiateurs dans le cadre des Sanctions Administratives Communales, financées par le SPP Intégration sociale, s’élevant environ à 1.874.000 €/an,
  • plus de 700 professionnels engagés au sein des Plans de cohésion sociale, financés par le Service Public de Wallonie (Intérieur Action Sociale), pour un budget estimé à 36.120.000 €/an,
  • plus de 700 professionnels engagés au sein des Plans Locaux de Proximité et de Prévention des communes bruxelloises, financés par la Région de Bruxelles-Capitale pour un budget total annuel de 31.092.640 €/an,
  • environ 180 employés des services d’encadrement des mesures judiciaires alternatives, en cours de communautarisation et financés par le SPF Justice pour un budget d’environ 9.100.000 €/an,
  • sans oublier l’allocation des anciens contrats de sécurité et de société d’un montant total de 14.166.000 €/an réparti entre 29 communes qui ont généralement reversé ces subsides à leur zone de police locale.

Remarque : au moins autant de professionnels de prévention et de sécurité sont co-financés par les ressources locales provenant des villes et des communes.

Une approche locale des questions de sécurité

 

“La sécurité est un bien commun essentiel, étroitement lié à d’autres biens communs comme l’inclusion sociale, le droit au travail, à la santé, à l’éducation et à la culture. L’accès aux droits favorise le droit à la sécurité. La sécurité est non seulement un droit humain, mais également une condition sine qua non du développement durable des êtres humains.”

Manifestes européens: Manifeste de Saragosse “Sécurité, démocratie et villes” (2006) et Manifeste de Barcelone intitulé “Coproduire des politiques de sécurité urbaine” (2017).

Les autorités locales sont confrontées à de graves défis. En raison du mouvement, de l’évolution et du vieillissement de la population, les villes et les communes comptent de plus en plus d’habitants avec des milieux sociaux, des origines et des modes de vie différents, et la pression sur l’espace public augmente. Les tensions entre les groupes peuvent donner lieu à des frictions, des désaccords et des conflits. Ensuite, parallèlement aux difficultés liées à la gestion de l’espace public, le vivre ensemble et la cohésion sociale sont également affaiblies par les inégalités sociales et économiques. Ces inégalités sont visibles dans différents secteurs comme ceux de l’accès au logement, de l’éducation, de l’emploi, de la santé,… et génèrent des sentiments d’injustice non-négligeables, à la base de frustration, d’insatisfaction et d’éventuelles agressions envers soi-même ou à l’égard des autres. Par ailleurs, ces différences et ces inégalités augmentent le risque de polarisation, qui représente un obstacle à la pérennité des valeurs de respect, de démocratie et de sécurité, qui régissent notre manière de vivre ensemble.

Dans les années à venir, le BeFUS asbl se concentrera donc sur le renforcement des compétences et des échanges entre autorités locales dans les domaines suivants :

  • la gestion et le partage responsable de l’espace public
  • la lutte contre la polarisation sociale
  • la gouvernance locale du vivre-ensemble : méthodologie, évaluation et communication (digitale), et proximité entre citoyens et institutions
  • la violence interpersonnelle
  • la connectivité sociale entre les jeunes

… le tout en tenant compte des développements digitaux.

Nécessité d’une durabilité financière et structurelle des politiques locales

Pour appuyer les actions locales de manière méthodologique et stratégique, il est indispensable de mettre l’emphase sur une approche large de prévention de la criminalité. Cette approche doit miser sur la proactivité et le soutien d’actions visant à promouvoir la qualité de vie et le sentiment de sécurité. Et afin de structurer les différents plans à venir, le BeFUS asbl propose de relier le contenu de ces différents plans (leurs actions et objectifs) à un nombre limité de larges phénomènes (qui ont une incidence sur les raisons et sur les causes des questions de sécurité) et de stratégies (qui trouvent leur place dans la politique à 3 voies : la prévention, le traitement/la réparation et le suivi).

Ensuite, sur base d’une analyse contextuelle efficiente et de choix politiques étayés, l’autorité locale élabore sa propre politique locale de prévention et de sécurité, intégrale et intégrée, sur les 4 domaines politiques qui constituent la base de l’insécurité et du sentiment d’insécurité, comme proposé dans la pyramide ci-dessous :

(1) Amélioration de l’intégration sociale : inciter chaque citoyen à participer à la vie sociale, à développer une pensée critique, à adopter une attitude de respect, d’ouverture et de solidarité et à développer leur esprit de décision et leur capacité à participer à l’évolution de leur voisinage.

(2) Amélioration du vivre ensemble sécure : renforcer le « bien vivre ensemble », établir des liens entre des groupes de résidents, sensibiliser les citoyens aux règles communes relatives aux valeurs du « bien vivre ensemble » et rétablir la communication entre des individus et des groupes « potentiellement » en conflit, en accordant une attention particulière aux conflits qui ont un impact sur l’espace public.

(3) Diminution des nuisances et des comportements nuisibles : promouvoir la désirabilité d’un comportement civil correct sans créer de nuisance sur l’espace public, sensibiliser aux risques de dépendance et de consommation excessive d’alcool et de drogues et à leur banalisation, et lutter contre celle des nuisances qui vont de pair et y sont associées.

(4) Prévention de la victimisation : prévenir la criminalité, les atteintes aux biens et les délits de violence avec sensibilisation et médiation entre auteurs et victimes.

Attentes

 

Le BeFUS asbl demande que les gouvernements fédéraux, régionaux et communautaires soutiennent pleinement les villes et les communes dans la mise en œuvre de leurs politiques locales de prévention et de sécurité, et en particulier pour les points d’action suivants :

1. Reconnaître le rôle des villes et des communes en tant que moteurs de la politique de prévention et de sécurité et l’intégration des trois axes – prévention, suivi et gestion – au niveau local et faisant partie intégrante d’une politique globale de cohésion sociale.

2. Consulter activement les autorités locales et les associer à l’élaboration de tous les plans de prévention, de sécurité et de cohésion sociale, à la fois en termes de priorités de contenu, de méthodologies à utiliser, d’actions, de projets à développer,… et de responsabilités financières et de contenu.

3. Il est également nécessaire d’avoir une planification pluriannuelle dans laquelle la durée des différents plans est alignée sur le cycle des politiques locales de 6 ans. Cela permet notamment une coordination plus étroite avec les plans zonaux de sécurité. Les méthodes d’évaluation, les délais et les modèles des différentes autorités subsidiantes doivent être harmonisés les uns avec les autres et doivent être cohérents avec le cycle de la politique et de sa gestion.

4. Reconnaître et soutenir le rôle de gestion joué par les fonctionnaires de prévention et les coordinateurs des plans de cohésion sociale dans les politiques locales de prévention et de sécurité. Une approche intégrée des problèmes de sécurité et des problèmes sociaux ne peut être réalisée qu’en collaboration avec de nombreux partenaires. Non seulement les partenaires du secteur de la sécurité publique et du bien-être, tels que la police, les gardiens de la paix, les travailleurs sociaux de rue, les médiateurs, etc., mais également les partenaires qui jouent un rôle dans l’organisation et le maintien de l’espace public, contribuant à un vivre ensemble bon et sécure. Diriger, avec les partenaires, signifie aboutir à un plan d’action soutenu dans lequel chaque personne assume son rôle et, conformément à ses compétences, met en œuvre les initiatives nécessaires, dans le respect et la reconnaissance du rôle de chacun dans la chaîne de sécurité.

5. Garantir un financement structurel et durable afin que ces plans intégrés puissent pérenniser l’expertise et le savoir-faire développé sur le terrain, et également être mis en œuvre de manière efficace sur le terrain par des employés en nombre suffisant et bien informés. Cela implique au moins une indexation annuelle des montants de la subvention, de sorte qu’au moins le coût salarial croissant du personnel expérimenté soit financé. Les petites communes bénéficient également d’une politique de sécurité équilibrée et de subventions. Une subvention transparente basée sur de multiples critères objectifs est à encourager, tels que la criminalité et la sécurité, les caractéristiques sociodémographiques, la localisation, le profil des utilisateurs et les fonctions urbaines (en tenant compte du surplus d’utilisateurs dans le cadre du travail, de l’école, des études, du temps libre et du tourisme, etc.). Un système de dotation pourrait être envisagé en analogie avec celui des zones de police.

6. Soutenir activement les villes et les communes en fournissant des analyses (environnementales) des bonnes pratiques, des moyens, du matériel de campagne moderne, des outils utiles pour l’évaluation d’impact et des outils de responsabilisation d’utilisation aisée, et en mutualisant certains projets intercommunaux au niveau supralocal.

7. Nous demandons en particulier le soutien et l’inspiration dans l’approche des phénomènes actuels (par exemple, cybercriminalité, polarisation, abus de nouvelles substances psychoactives, etc.) et persistants (par exemple, la violence domestique), par l’utilisation des nouvelles technologies (par exemple, des réseaux sociaux, caméras intelligentes, etc.) et la mise en place de méthodologies innovantes (par exemple, prévention de la criminalité par le design environnemental (CPTED), gestion administrative, etc.).

Pour le BeFUS asbl et ses 63 communes membres, présidé depuis septembre 2020 par Mme Dorah ILUNGA, Echevine de Saint Josse ten Node

Pour information, voici les mémorandums précédents du BeFUS asbl :

Mémorandum 2013-2014 du Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine

Memorandum 2010 du Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine, sa synthèse actualisée pour 2011 qui a été diffusée lors du rassemblement de défense des Plans Stratégiques de Prévention et de Sécurité le 19 janvier 2011

Mémorandum 2007 du Forum Belge, remis en juin 2007 à l’Informateur du Gouvernement, M. Didier Reynders, dans la perspective d’un nouveau gouvernement fédéral en Belgique (notamment en charge des politiques de sécurité et de prévention via les plans stratégiques de sécurité et de prévention 2007-2010)

Memorandum 2004 du Forum Belge

Pour plus d’informations.